Takesumi et Binchotan : Quelles différences ?

Les différences entre le binchotan et le takesumi

Le charbon Binchotan et le charbon de bambou Takesumi sont couramment utilisés pour purifier l’eau. Tous deux filtrent les métaux lourds et les produits chimiques qu’elle contient tout en libérant les minéraux et oligoéléments. Quelles sont les différences entre le Binchotan et le Takesumi ?

Le charbon Binchotan

Le Binchotan est issu du chêne

Produit exclusivement au Japon, l’authentique charbon de bois Binchotan est extrait du chêne. Le Binchotan de Kishu, le plus célèbre et le plus renommé, est fabriqué dans la région éponyme. Le Binchotan de Tosa est produit quant à lui dans la préfecture Kōchi. Tous deux sont obtenus à partir du chêne vert Ubamegashi. Le binchotan de Hyuga lui, provient de la région du même nom située sur l’île de Kyūshū. Il est issu de chêne bleu.

La méthode de fabrication du Binchotan

Après la récolte, le bois d’Ubame est coupé en fines bûches qui sont alors placées sur des cales pendant plusieurs semaines. Une fois sèches, elles sont disposées à la verticale dans un four Bincho où elles se consument lentement à un température d’environ 400° C. Des millions de pores microscopiques apparaissent alors en surface et se remplissent de goudron. C’est l’étape de la carbonisation, le bois se transforme en charbon. 

Après plusieurs jours, on fait des ouvertures dans le four. L’air s’engouffre, la combustion devient intense et la température atteint jusqu’à 1 200° C. L’effet de la chaleur volatilise le goudron contenu dans les pores. Les fabricants sortent le charbon encore chaud du four pour le recouvrir d’un mélange de cendres, de sable et de terre. C’est à ce moment-là que le Binchotan se recouvre de cette poussière qui lui vaut le nom de « charbon de bois blanc ».

Ce processus de fabrication élaboré en fait le charbon de bois le plus pur. Ajouté au fait que le chêne mette 20 à 50 ans à devenir mature, cela explique que le Binchotan soit le plus cher des charbons actifs.

Le charbon de bambou Takesumi

Le Takesumi est issu du bambou

Comme son nom l’indique, le Takesumi est un charbon de bambou, take signifiant bambou et sumi charbon. Pour le fabriquer, on utilise du bambou moso ou tigré, une espèce de bambou géant prolifique qui pousse facilement et à grande vitesse (jusqu’à un mètre par jour).

Cette maturation rapide en fait un bois plus économique que le Binchotan, et avec un impact écologique plus réduit. 

La méthode de fabrication du Takesumi

À l’origine, le Takesumi ou « diamant noir » provient du Japon mais aujourd’hui il est aussi produit dans certaines provinces de Chine. 

Sa méthode de fabrication n’a pas changé depuis des siècles. Le maître brûleur de Takesumi laisse brûler le bambou moso dans un four en terre pendant 2 à 4 semaines à 900° C environ. Puis il la laisse dans le four une fois éteint où il refroidit pendant 2 semaines.

Le bambou, un choix écologique

Le Takesumi ou le Binchotan pour purifier l’eau

Le Binchotan comme le Takesumi purifient l’eau très efficacement en éliminant les produits chimiques et les métaux lourds. De plus, le charbon ne touche pas aux minéraux et oligo-éléments qu’elle contient.

Avant d’utiliser les bâtonnets pour la première fois, il faut 

  • les plonger dix minutes dans l’eau bouillante ;
  • puis les laissant sécher entièrement.

Pour purifier l’eau du robinet, on dispose un ou plusieurs bâtons de Binchotan ou de Takesumi au fond d’une carafe puis on la remplit d’eau.

Quelles différences entre le Takesumi et le Binchotan ? Le Takesumi contient 10 fois plus de cavités que le Binchotan et offre de ce fait un pouvoir d’absorption supérieur (de l’ordre de 3 000 m2/gramme). Ce qui explique qu’ils ont des temps d’action mais aussi des durées de vie différentes.

BinchotanTakesumi
Temps moyen de purification de l’eau8 heures4 heures
Fréquence de nettoyage dans l’eau bouillante1 mois2 à 4 semaines
Durée de vie moyen d’un bâton6 mois3 mois
Binchotan et Takesumi pour purifier l'eau

Les autres utilisations du Takesumi et du Binchotan 

Outre leur rôle de purificateur d’eau du robinet, le Binchotan comme le Takesumi ont d’autres usages. Par exemple, lorsqu’ils sont placés dans le bac à fruits et légumes du réfrigérateur, ils contribuent à prolonger leur durée de vie. Le Takesumi et le Binchotan entrent aussi dans la composition de masques de beauté naturels car ils libèrent la peau et les cheveux de leurs impuretés. 

Du fait de leur pouvoir purifiant exceptionnel, les bâtons de Binchotan et de Takesumi sont couramment utilisés pour filtrer l’eau du robinet. Quand ils tournent au gris et que l’odeur de l’eau devient légèrement métallique, c’est qu’il est temps de les changer. Mais pas question de les jeter ! L’un comme l’autre sont réutilisables et compostables, quand bien même ils seraient en petits morceaux. Ils peuvent alors être réduits en miettes pour se transformer en engrais ou être utilisés comme déshumidificateurs et placés dans les armoires de la maison. Il est aussi possible de s’en servir de désodorisant pour le placard à chaussures ou de réducteur d’ondes électromagnétiques en le plaçant entre soi et l’ordinateur.

Alors quelles différences entre le Binchotan et le Takesumi ? Ces deux charbons, issus de deux arbres différents s’entretiennent différemment. Cependant, ils agissent de la même manière sur l’eau du robinet et viennent la purifier des métaux lourds et produits chimiques. Une fois la durée de vie atteinte, ses derniers peuvent être réutilisés de la même manière : en engrais, déshumidificateurs ou encore désodorisants.

0/5 (0 Reviews)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.